mardi 30 novembre 2021

Lectures de novembre 2021

Voici ce que j'ai lu en novembre :

  • La Malédiction du Perroquet - Marie Kneib
    • Français
    • Numérique

Connor était autrefois un grand capitaine pirate, mais à la suite d'une malédiction, il est désormais un perroquet. Il doit gérer son équipage qui le surnomme en cachette "Coco", et se dépêcher de trouver le moyen d'annuler la malédiction avant que ses effets ne deviennent irréversibles. En prime, il est la cible des monstres marins ainsi que de la marine du gouverneur, bien décidés à lui faire la peau avant qu'il ne reprenne forme humaine. A travers les yeux de Neven, jeune mousse embarqué bien malgré lui dans un monde qui lui est étranger, on découvre un monde et un bateau qui n'ont rien à envier à Pirates des Caraïbes, au sein desquels les trahisons et les revers de fortune sont monnaie courante, où il est difficile de savoir sur qui compter et où il vaut mieux surveiller ses arrières.

  • Témoin muet - Agatha Christie
    • Français (traduit de l'anglais par Elisabeth Luc)
    • Papier

Emily Arundell, vieille fille respectable et richissime, envoie une lettre à Hercule Poirot car elle soupçonne un membre de sa famille de vouloir l'assassiner. Hélas, quand il reçoit la lettre, elle est déjà morte. Mais une enquête est une enquête, et il décide de faire la lumière sur un décès que tout le monde croit naturel mais qui ne l'est peut-être pas tant que ça. Difficile quand certains des témoins sont muets : le chien Bob (que le capitaine Hastings semble toutefois comprendre !) et le miroir dans lequel on aurait vu l'assassin. Ce n'est peut-être pas plus mal, quand on découvre que ceux qui parlent semblent tous jouer double jeu ou se craindre les uns les autres ; heureusement, Hercule Poirot sait lire entre les lignes et faire parler toutes les preuves, en ne négligeant aucun détail, y compris (et surtout) ce qui semble le plus insignifiant... les objets comme les personnes.

  • Driven - Eve Silver
    • Anglais
    • Numérique

Après la guerre, les étendues sibériennes glacées sont devenues un monde dangereux où règne la loi du plus fort, et le plus fort, c'est l'entreprise Janson et surtout son cruel et sadique PDG, Duncan Bane. C'est pour lui échapper et gagner assez pour se faire une place au soleil ainsi qu'à sa petite soeur que roule la camionneuse Raina Bowen. Elle préfère n'avoir aucune attache qui risquerait de la faire souffrir, jusqu'au jour où elle croise la route du troublant Wizard et d'un groupe de rebelles qui tente de survivre au milieu des agents de Bane et des pirates des glaces. Elle se sent irrésistiblement attirée par cet homme qui affiche autant d'émotions que Sherlock version Benedict Cumberbatch, et le plus étrange est que c'est réciproque. A moins que tout cela ne fasse partie d'un piège organisé de longue date dont Raina, la seule qui ait pu défier Bane et en sortir vivante, doit devenir l'appât... Un étonnant mélange de romance et de post-apocalyptique, qui n'évite pas certains clichés mais sait malgré tout embarquer dans un voyage périlleux, qui rappelle que le chemin est aussi fait des gens qu'on rencontre.

mercredi 3 novembre 2021

Capitaine Quantum : cap sur 2022 !

"On sait quand ça commence, pas quand ça finira", dit la chanson, et ça a été particulièrement vrai pour Capitaine Quantum. Après bien des péripéties dont j'avais brièvement parlé dans un article précédent, et le changement de nom de Rocambole en Doors à la fin du mois d'octobre, le calendrier de publication des séries pour les mois à venir a enfin été dévoilé.

Ce ne sera pas en 2021, mais le 18 janvier 2022 que Capitaine Quantum sortira sur Doors. Il faut croire que 18 est un nombre symbolique pour mes séries, car Orgone Tour était aussi sortie un 18, le 18 novembre 2020 plus exactement. Espérons que ce nombre portera bonheur à Capitaine Quantum.

Capitaine Quantum, vue d'artiste (@wickedfox13) ; la couverture officielle est encore à déterminer.

Maintenant qu'il n'y a vraiment plus qu'à attendre la publication, je vais pouvoir reprendre une activité "normale" et notamment la nouvelle aventure de l'Alchimiste Les docteurs aliens, mais je réfléchis déjà à une éventuelle nouvelle saison pour les aventures du Capitaine, où après "l'Oeil de la Déesse", il partirait à la poursuite du "Maître des Rêves", une quête particulièrement difficile et éprouvante puisqu'il s'y retrouverait confronté à... lui-même.

Mais n'allons pas trop loin dans un univers qui n'est encore qu'hypothétique. En attendant d'être au 18 janvier 2022 pour découvrir le texte complet, je vous laisse avec un petit extrait qui montre que le Capitaine va déjà avoir un peu de fil à retordre pour sa première aventure...

lundi 1 novembre 2021

BookPack 7.0

Le mois dernier a marqué un tournant pour Rocambole qui devient Doors (rien à voir avec le groupe de rock de Jim Morrison) et qui se prépare à proposer de nouveaux contenus comme des univers étendus, des séries en anglais, des BD... J'espère que cette réforme ne laissera pas sur le carreau le Capitaine Quantum, dont j'attends toujours des nouvelles de la publication ; en tout cas, Orgone Tour y est toujours disponible.

J'ai mis à jour les liens de mon BookPack pour aller sur Doors, ainsi que pour acheter L'étrange affaire Nottinger qui a été republiée le mois dernier. Pas de nouveaux textes dans le lot, mais je travaille en ce moment sur un nouvel épisode des aventures de l'Alchimiste, intitulé (provisoirement ?) Les docteurs aliens. Tous les liens du menu de droite sont également à jour, ils n'attendent plus que vos clics.

Ouvrez une porte sur l'imaginaire avec Doors et le BookPack ! - Par Ввласенко, CC BY-SA 3.0 [https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0], via Wikimedia Commons

dimanche 31 octobre 2021

Lectures d'octobre 2021

 Le mois d'octobre a été un mois de transition pour moi entre la fin de l'écriture de Capitaine Quantum et le Writober, mais j'ai aussi pris le temps de lire quelques livres :

  • La Fin d'Illa - José Moselli
    • Français
    • Numérique

Une histoire de science-fiction française de 1925, une relecture ressortie des tréfonds du passé à l'occasion de la labellisation de son article Wikipédia, à retrouver sur l'article dédié.

  • Les Sept Cadrans - Agatha Christie
    • Français (traduit de l'anglais par Alexis Champon) 
    • Papier

Une virée entre amis jeunes et fortunés tourne soudain au vinaigre quand l'un d'eux s'endort pour ne plus jamais se réveiller. La jeune lady Eileen "Bundle" Brent, qui est l'amie de certains membres du petit groupe, décide de mener l'enquête après avoir été témoin d'une seconde mort suspecte : il semblerait que les "Sept Cadrans", une organisation d'espionnage international, soit derrière ces meurtres. Un ministre conservateur à l'air passablement stupide (ancêtre de Boris Johnson ?), un secrétaire sérieux à en mourir, une mystérieuse comtesse hongroise, autant de suspects dans cette affaire rocambolesque. Qui parmi toutes ces personnes fait partie des "Sept Cadrans", et surtout, quel est son but ? Dans cette enquête à plusieurs voix sans Hercule Poirot ni Miss Marple, le maître mot est de se méfier de tout le monde, les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être...

samedi 23 octobre 2021

"Nouvelles ContRées", le jeu pour explorer vos livres

Certains de mes lecteurs le savent, j'aime les livres mais aussi les jeux de société. Le jeu Nouvelles ContRées qui sort aujourd'hui chez Olibrius, éditeur d'OLNI (Objet Ludique Non Identifié), est une excellente manière de concilier les deux.

La boîte du jeu telle que vous la trouverez dans toutes les bonnes boutiques de jeux.

J'ai eu l'occasion d'essayer ce jeu le 18 septembre dernier à l'occasion du festival des jeux de Vichy. Pour cette sortie, l'éditeur avait fait fort : en plus des exemplaires de démonstration du jeu, il avait aussi apporté une bibliothèque (oui, le meuble) garnie de livres en tous genres dans lesquels les joueurs et joueuses étaient libres d'emprunter leurs livres préférés le temps d'une partie.

Car c'est là toute l'originalité de Nouvelles ContRées : le jeu se joue dans un livre. Dans la boîte du jeu, pas de pions, de cartes ni de dés, mais des marque-pages qu'il va falloir insérer à bon escient dans le livre choisi pour la partie. Le jeu est coopératif : à tour de rôle, une personne va prendre la tête de "l'expédition" à la recherche du secret du livre, et pour cela, elle lira un extrait de la page marquée par le dernier marque-page, en choisissant parmi ceux sur la table celui dont l'illustration correspond le mieux à l'ambiance du passage lu. Il faut ensuite que tout le monde tombe d'accord sur le même marque-page pour pouvoir avancer, et ainsi de suite jusqu'au but désigné dans le livre. Des missions annexes, comme repérer des mots de plus de 10 lettres ou un certain nombre d'occurrences d'un son ou d'une lettre, ajoutent du piment à la partie, ainsi que des difficultés supplémentaires permettant d'avancer plus vite au prix d'une contrainte de lecture.

Le but est de parvenir jusqu'à la "Cité perdue" (un marque-page particulier placé plus ou moins loin de la fin du livre selon la durée qu'on veut donner à la partie) en perdant le moins possible des lettres de l'alphabet qui représentent les points de vie de l'équipe.

Exemple de disposition du jeu avec les différents marque-pages.

Le point fort de Nouvelles ContRées tient à son principe : sa rejouabilité est quasi-infinie puisqu'il suffit de prendre un autre livre dans sa bibliothèque pour se plonger dans des ambiances ou des styles d'écriture différents. Romance, thriller, science-fiction plus ou moins récente (mon premier essai était avec Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne), tous les livres s'y prêtent, y compris, paraît-il, les livres de jeu de rôle. Accessible à toute la famille si le livre choisi l'est aussi et que les enfants savent lire, il peut servir à leur donner le goût de la lecture en y mêlant naturellement le jeu, on peut adapter facilement la difficulté rien qu'en utilisant des livres jeunesse et en réduisant la durée de l'exploration, quitte à l'augmenter ensuite si les enfants en redemandent.

Vous l'avez compris : si, comme moi, vous aimez à la fois les livres et les jeux, cet OLNI est à ajouter à votre ludothèque de toute urgence. Demandez-le à votre boutique de jeux habituelle sans tarder, les critiques sont unanimes et Nouvelles ContRées risque d'arriver très vite en rupture de stock !

mercredi 20 octobre 2021

"L'étrange affaire Nottinger" revient chez Mnémos !

Après Le don d'Osiris en juin, c'est le tour de L'étrange affaire Nottinger d'être rééditée en numérique chez Mnémos en ce 20 octobre, à l'occasion du mois de l'imaginaire, et aussi à l'approche de Halloween pour avoir de la lecture pour frissonner.

Publiée initialement en mars 2018 chez Mü éditions, L'étrange affaire Nottinger s'offre ici une nouvelle édition qui ne change rien au contenu, mais ajoute une nouvelle couverture tentaculaire qui n'est pas sans rappeler celle de ma série Orgone Tour sur Rocambole.

Si vous ne connaissez pas encore L'étrange affaire Nottinger, il est temps de découvrir cette enquête paranormale. Suivez les pas de la détective privée Nadia Leigh, qui vous entraînera dans des secrets de famille qui feront probablement passer la vôtre pour celle des Bisounours, et surtout dans l'étreinte des tentacules des Grands Anciens et de leurs fidèles serviteurs.

Le lien pour l'acheter a également été mis à jour ici, et très bientôt mon BookPack suivra !

Nouvelle couverture de L'étrange affaire Nottinger aux éditions Mnémos.

mercredi 13 octobre 2021

"La Fin d'Illa" de José Moselli

La Fin d'Illa n'est pas tout à fait une lecture, mais plutôt une relecture, qui remonte à longtemps. J'étais encore adolescente quand je l'ai lue en dévorant la collection de livres de science-fiction de mon père. Son édition de La Fin d'Illa faisait partie de la collection Chefs d'oeuvre de la science-fiction publiée en 1970 par les éditions Rencontre (il en avait les 7 premiers livres, dont l'étonnant Martiens, go home !). Depuis, j'avais un peu oublié ce livre, je suis retombée dessus par l'intermédiaire de Wikipédia, à l'occasion de l'obtention du label "bon article" par l'article sur ce livre.

Pour moi, la couverture de La Fin d'Illa ressemblera toujours à ça... Editions Rencontre, collection "Chefs-d'oeuvre de la science-fiction", 1970

La Fin d'Illa est un roman court publié en 1925 par Joseph "José" Moselli, ex-marin devenu écrivain de policier et de science-fiction. Comme beaucoup de ses oeuvres, il l'a écrit sous forme de feuilleton ou de "roman à épisodes", pour le magazine Sciences et Voyages. Cela se ressent dans le style, il n'y a ni temps morts ni fioritures dans son écriture, et La Fin d'Illa pourrait presque candidater pour devenir une série sur Rocambole, si elle n'était pas marquée par un certain état d'esprit du début du XXe siècle qui ne passerait pas bien en 2021.

José Moselli, donc, est un écrivain prolifique des années 1910 et 1920, qui est cependant presque inconnu de nos jours. Peut-être était-il arrivé au mauvais moment, mais La Fin d'Illa est parfois décrite comme "le roman qui sonna le glas de la science-fiction en France". En effet, après une vague de "merveilleux-scientifique", les écrivains de l'imaginaire en général et ceux de Sciences et Voyages en particulier ont dû faire face à une montée des critiques de la part de l'église qui accusait la science-fiction de "pervertir l'imagination et l'intelligence des enfants" (sic) et a même intenté un procès au magazine. Après cela, les écrivains et éditeurs ont été peu à peu découragés de publier de la science-fiction à commencer par José Moselli lui-même.

La Fin d'Illa a cependant été redécouverte par la suite, et bien que le livre n'ait jamais renoué avec la célébrité, il a remporté un certain succès critique, notamment par certains aspects considérés comme prophétiques de la montée du nazisme dans les années 1930. En effet, coïncidence ou pas, les noms du tyran d'Illa, Rair, et de son âme damnée Limm, évoquent étrangement les leaders de l'Allemagne nazie, Hitler et Himmler. Le roman lui-même décrit la montée du totalitalisme dans un endroit imaginaire mais symbolique du monde réel, comme le précise le sous-titre d'une réédition de 1972 chez Marabout : Le règne de l'abrutissement et de la terreur.

Editions Marabout Science-fiction, 1972. A la même époque, ils éditaient aussi les aventures de Bob Morane.
Le titre et le prologue du livre nous indiquent sans doute possible son dénouement : la destruction d'Illa, cité antique rappelant le mythe de l'Atlantide. Ce n'est qu'à travers les mémoires de Xié, chef des armées d'Illa, que l'on découvrira comment et pourquoi.

Selon Xié, Illa est une cité technologiquement très avancée où il fait bon vivre. Cependant, le bonheur et le confort de ses habitants reposent sur l'esclavage des hommes-singes, et surtout sur la complète soumission des Illiens à leur dirigeant Rair, à la fois inventeur génial et tyran cruel et froid, décrit par Xié comme un cerveau pareil à une machine à calculer, sans coeur ni nerfs. Officiellement, Illa est dirigée par un "Conseil suprême", mais Rair sait bien que la plupart de ses membres lui mangent dans la main, car ils sont tous dépendants de ses "machines à sang", qui utilisent le sang d'animaux pour nourrir directement les Illiens par ondes et qui leur ont fait perdre le goût de la nourriture solide. Quand Rair annonce sans trembler qu'il va déclarer la guerre à la cité voisine de Nour pour pouvoir alimenter ses machines avec du sang humain et améliorer leur efficacité, personne ou presque ne bronche. Xié fait partie des protestataires, qui vont peu à peu s'organiser en une résistance décidée à arrêter Rair, mais sans savoir comment l'atteindre alors que ses espions, dirigés par son bras droit Limm, sont partout, et que la guerre contre Nour va les contraindre à rentrer au moins en partie dans les rangs pour défendre Illa.

L'opposition entre Xié et Rair est au coeur de l'histoire, et bien des rebondissements gravitent autour des ambiguités de cette opposition. Xié hait Rair et le tient pour responsable du basculement d'Illa dans la guerre, mais ne peut s'empêcher d'admirer son intelligence et son sens de la stratégie ; de son côté, Rair aimerait bien se débarrasser de Xié mais le considère comme indispensable pour mener à bien la guerre contre Nour. De plus, une tragédie à la Roméo et Juliette vient s'ajouter au milieu de tout cela : Silmée, la fille unique de Xié, et Toupahou, le petit-fils de Rair, sont amoureux l'un de l'autre. Toupahou n'aime guère son grand-père non plus, mais n'ose pas l'affronter, sachant que Rair n'aura pas plus de pitié pour un membre de sa famille que pour un autre. Rair, qui est parfaitement au courant de leur relation, n'hésitera d'ailleurs pas à utiliser les tourtereaux comme otages ou comme moyen de pression pour contraindre Xié à faire sa volonté. Ainsi, dès le début de l'histoire, Silmée échappe de peu à un attentat qui s'avère fomenté par Limm. Début de XXe siècle oblige, ce personnage restera malheureusement cantonné à un rôle de "demoiselle en détresse".

Xié, de son côté, n'a rien du héros parfait. L'auteur remarque avec une certaine ironie que la modestie ne fait pas partie de ses qualités, mais c'est loin d'être sa seule faille. Xié se considère supérieur aux autres mais il est lui aussi un produit de son "époque" : bien qu'il critique avec virulence (et à raison) les plans de Rair, il est tout aussi dépendant que les autres à ses "machines à sang" et méprise ouvertement ceux qui utilisent encore les nourritures terrestres, jusqu'à ce qu'il soit obligé de le faire à son tour. Son mépris s'étend plus globalement aux hommes-singes esclaves d'Illa, même lorsqu'il s'allie avec eux et organise leur révolte dans les mines : celle-ci apparaît plus comme une manoeuvre de sa part qu'une véritable volonté de les libérer ou d'améliorer leur condition. Bien qu'il reconnaisse parfois ses erreurs, sa colère envers Rair, ainsi que la perte de sa famille et de ses amis, le consume de plus en plus au fil de l'histoire, et l'amène à détruire lui-même Illa où il considère que plus personne n'est innocent ou ne mérite d'être sauvé. Il ne faut pas s'attendre à une victoire du bien sur le mal à la fin de La Fin d'Illa, c'est une histoire sans véritable morale.

En parlant de la fin, je ne sais pas si c'est l'effet feuilleton, mais la fin de l'histoire s'emballe. La narration déjà sans temps morts enchaîne les péripéties de plus en plus vite, quitte à passer de manière vraiment trop succincte, parfois en une seule phrase, sur des événements qui auraient gagné à être un peu plus développés. Là où des adaptations de livres en films comme Dune sont obligées d'élaguer des choses pour garder un film compréhensible et d'une durée raisonnable, je pense que si quelqu'un tentait d'adapter La Fin d'Illa en film, il faudrait au contraire ajouter ou insister davantage sur certains passages dans la seconde partie. Après avoir accroché aux aventures de Xié, la rapidité de cette fin, qui aurait pu être grandiose si elle avait été un peu étoffée, est décevante, et on abandonne d'autant plus à regret Xié et Illa à leur fin inéluctable.

"Illa's End", traduction en anglais publiée en 2011. A quand le film ?

La Fin d'Illa a connu des péripéties, mais étrangement, sans jamais sombrer totalement dans l'oubli, et le livre est régulièrement redécouvert, comme le sont, dans l'histoire, les confessions de Xié. Ce roman de science-fiction français a été traduit en anglais par l'auteur britannique Brian Stableford en 2011, soit 86 ans après sa publication initiale : mieux vaut tard que jamais !

Et pourquoi pas un film ? Soyons réalistes, avec l'histoire et le succès du livre, il y a très peu de chances que ça se fasse, mais ce ne serait pas la première fois qu'une vieille histoire de SF est adaptée au cinéma, et il y a tous les ingrédients d'un bon film hollywoodien : des méchants très méchants, une guerre, des explosions partout, et à la fin, tout le monde meurt... Donc, au cas où ça intéresserait quelqu'un, j'ai déjà fait mon casting :