jeudi 2 juillet 2015

"Le Docteur Oméga" d'Arnould Galopin

De nos jours en France, on a tendance à mépriser la science-fiction et à la cantonner à des livres de "divertissement" qui n'ont rien à voir avec la "grande" littérature.
C'est oublier un peu vite qu'à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la France a connu une grande vogue de la science-fiction, emmenée par Jules Verne dont personne ne peut contester le statut de grand écrivain. Son roman De la Terre à la Lune a d'ailleurs été adapté (avec Les premiers hommes dans la Lune de H.G. Wells) en un film intitulé Le Voyage dans la Lune, c'est-à-dire l'un des tous premiers films de science-fiction (et à effets spéciaux s'il vous plaît, grâce au grand Georges Méliès), et c'est un film français !
D'autres auteurs de science-fiction se sont lancés dans l'aventure au début du XXe siècle, et celui auquel nous nous intéressons aujourd'hui s'appelle Arnould Galopin (oui, c'est son vrai nom). Auteur à peu près inconnu de nos jours, il a été très prolifique à son époque dans le domaine de la science-fiction mais aussi du roman pour la jeunesse et du roman policier ; il a même créé un rival du célèbre Fantômas, nommé Ténébras, ainsi que le détective Allan Dickson, que Jean Ray reprendra par la suite sous le nom de Harry Dickson.
Le Docteur Oméga, sous-titré Aventures fantastiques de trois Français dans la planète Mars, est son premier roman publié en 1906. L'histoire commence quand le narrateur, Denis Borel, qui s'est retiré à la faveur d'un héritage dans un village de Normandie (la région natale d'Arnould Galopin), découvre que son voisin est un scientifique excentrique se faisant appeler le Docteur Oméga. Celui-ci a découvert un métal révolutionnaire, la "répulsite" (rebaptisée "stellite" dans certaines rééditions), sorte d'alliage à base de radium ayant la particularité d'échapper à la gravité. Il fait alors construire avec cet alliage un vaisseau en forme d'obus, un peu comme celui de De la Terre à la Lune, et embarque avec Denis Borel et son fidèle assistant Fred, non pas pour la Lune mais plus loin : pour Mars !
Après avoir évité un météorite, le vaisseau, nommé Cosmos, finit par se poser dans une mer martienne peuplée de poissons phosphorescents et d'hommes-lézards. Ses occupants rencontrent plusieurs autres étranges créatures, avant d'être fait prisonniers par des Martiens à grosse tête, qu'ils surnomment "Mégalocéphales" et dont l'apparence se rapproche un peu de celle des Martiens de Mars Attacks! Bien qu'ils reconnaissent l'intelligence du Docteur et de ses compagnons, les Martiens les gardent sous haute surveillance et ne semblent pas décidés à les laisser partir. Le Docteur Oméga parvient cependant à les convaincre de fabriquer une réplique de son Cosmos à bord de laquelle il compte bien s'échapper avec Denis et Fred...
Bien qu'il soit un peu court, Le Docteur Oméga réunit tous les ingrédients d'une bonne aventure de science-fiction de l'époque. On imagine facilement le Cosmos explorant la surface de Mars dans un style qu'on qualifierait de nos jours de steampunk. Seul bémol, les personnages sont à mon goût assez mal introduits et ont parfois des réactions incohérentes (et il ne s'agit pas seulement de l'excentricité du Docteur Oméga), ce qui peut cependant s'expliquer que, comme beaucoup de romans de l'époque, il était probablement écrit sous forme de feuilleton, ce qui supposait de devoir écrire les différents épisodes très rapidement.
Malgré une réédition en 1949, Le Docteur Oméga est pratiquement tombé dans l'oubli chez nous. En revanche, les Anglo-Saxons l'ont redécouvert en 2003, constatant une certaine ressemblance entre "Doctor Omega" et un autre "Doctor" qu'ils connaissent bien : le Premier Docteur de Doctor Who, incarné par William Hartnell dans les années 1960. Cela a donné lieu à une adaptation plus ou moins fidèle du texte original en anglais, avec des ajouts pour faire référence à Doctor Who et souligner la ressemblance entre les deux Docteurs ; même la couverture est dans le style des anciens romans adaptés de Doctor Who. De nouvelles aventures de ce grand-oncle illégitime et français du Docteur, inspirées de l'histoire originale, ont été publiées par la suite par des auteurs anglophones.
Grâce à cela, Le Docteur Oméga est ressorti en France en 2009, et une traduction fidèle du texte en anglais a été éditée aux Etats-Unis en 2011. On redécouvre que la science-fiction française avait une longueur d'avance à l'époque.
Couverture du Docteur Oméga dans son édition de 1949. Cliquez ici pour télécharger le texte gratuitement sur Feedbooks. Pour la version en anglais remaniée "Doctor Who", c'est par là (sur Amazon.com).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire