mardi 16 juillet 2024

Camp NaNoWriMo d'été 2024 : objectif atteint !

On est encore loin du 31 juillet, et mon objectif du Camp NaNoWrimo de l'été 2024 est déjà atteint : 10000 mots, répartis sur trois textes, à savoir La Vierge de métal, l'aventure de l'Alchimiste Un bonheur illimité (dont le titre est toujours provisoire ; au vu des nouveaux développements, je pense le renommer Les deux faces du bonheur), et la nouvelle enquête de Conan le détective barbare Le chef des gardes fumait trop. Et j'aurais sans doute pu l'atteindre encore plus tôt : certains jours, j'aurais pu écrire davantage mais j'ai coupé court, sachant que j'avais déjà explosé mon objectif quotidien.

La conclusion est donc sans appel : la victoire est indéniable mais l'objectif était trop bas, même en prenant en compte les perturbations prévues pour le mois de juillet et qui, jusqu'à présent, ont bien eu lieu mais sans trop m'empêcher d'écrire. Je ne sais pas si j'aurais dû refixer un objectif de 20000 mots comme en avril, mais 15000 mots au moins n'auraient pas été de trop.

Il n'y avait que quelques marches pour accéder au trophée, mais il fallait quand même les monter ! - Par mohamed hassan [CC0], via Wikimedia Commons

Autre petite déception : j'avais lancé ce Camp NaNoWriMo pour avancer à nouveau sur mon roman La Vierge de métal, et pour l'instant, des trois textes, c'est celui qui a gagné le moins de mots dans le défi. C'est surtout Le chef des gardes fumait trop qui a accaparé mon attention car j'avais envie de m'amuser, et je ne l'ai lâché que quand il a commencé à ne plus m'amuser.

Aucun de mes textes n'est encore terminé, et je ne sais pas encore si l'un d'eux le sera à l'issue de ce Camp NaNoWriMo, mais ce n'est pas parce que l'objectif est atteint que je vais m'arrêter d'écrire. Je vais essayer particulièrement de reprendre l'écriture de La Vierge de métal et d'avancer dessus. J'ai toujours jusqu'au 31 juillet pour en faire le plus possible sur ces trois textes !

Le Camp NaNoWriMo n'est pas encore terminé, on continue d'écrire ! - Par Josef Grassi [Domaine public], via Wikimedia Commons

lundi 1 juillet 2024

Camp NaNoWriMo d'été 2024 : c'est parti !

Premier jour de juillet et de mon Camp NaNoWriMo d'été, et je suis déjà partie. Avec un objectif de 10000 mots, je ne suis pas sous pression, mais il faut dire aussi qu'il tient compte de mes prévisions d'occupation au travail (j'ai des tâches supplémentaires du fait de l'absence longue durée pour maladie d'une collègue, dont on espère qu'elle prendra fin en septembre) et des perturbations que pourraient causer certaines obligations familiales pendant ce mois.

J'ai d'ores et déjà ajouté des mots à mes deux textes principaux, mon roman La Vierge de métal et l'aventure de l'Alchimiste Un bonheur illimité. Un troisième texte est venu se greffer à mon projet de ce Camp NaNoWriMo d'été : ayant constaté que mon histoire de fantasy humoristique Conan le détective barbare attire quelques lecteurs en ce moment, j'ai décidé de réveiller un projet endormi d'une nouvelle aventure du plus barbare des détectives (ou du plus détective des barbares, c'est selon), commencé il y a déjà quelque temps et intitulé Le chef des gardes fumait trop. Comme pour Conan le détective barbare, il s'agit encore une fois d'un télescopage de deux titres : Le major parlait trop d'Agatha Christie, et Le garde-chasse fume trop, une histoire pour enfants qui m'avait bien fait rire à l'époque bien que je ne m'en souvienne plus aujourd'hui, à part la couverture...

Le garde-chasse fume trop, et je ne vous parle même pas du chef des gardes...
Un peu d'humour, c'est peut-être tout ce qu'il me faut pour réussir ce Camp NaNoWriMo d'été dont les circonstances ne prêtent pas forcément à rire. Je souhaite bonne chance à celles et ceux qui font aussi le Camp NaNoWriMo en juillet, et rendez-vous le 31 pour faire le bilan !

dimanche 30 juin 2024

Lectures de juin 2024

Juin marque le début de l'été, la fête de la musique, et quelques petits tracas pour moi, mais cela ne m'a pas empêchée de lire, et voici ce que j'ai lu :

  • Otherland: City of Golden Shadow - Tad Williams
    • Anglais
    • Papier

Dans un futur proche, l'humanité, ou du moins une grande partie, est connectée à une sorte de métavers où des avatars peuvent profiter d'un shopping virtuel ou d'attractions plus exotiques. Mais quand son jeune frère tombe dans un étrange coma après avoir exploré une de ces attractions auréolées d'un parfum d'interdit, Irene "Renie" Sulaweyo décide de mener l'enquête à la recherche d'Otherland, un métavers dans le métavers, tenu secret et dont les créateurs mégalomanes s'imaginent les égaux des dieux égyptiens. L'histoire est longue et dense, et suit de nombreux personnages en plus de Renie, dont le point commun est que leur destin est lié d'une manière ou d'une autre à Otherland. Ce roman fait fortement écho à notre époque où le virtuel est partout et où la dominance des GAFAM sur les espaces d'expression fait débat, ainsi que les effets de l'addiction au net sur les enfants. Et il n'est pas vraiment terminé puisque ce n'est que le premier tome d'une tétralogie...

  • Camino Island - John Grisham
    • Anglais
    • Papier

Un gang de voleurs très bien organisés dérobe à l'université de Princeton les manuscrits de Gatsby le magnifique et de quatre autres œuvres de Francis Scott Fitzgerald. Malgré une enquête minutieuse, les autorités ne parviennent pas à retrouver la trace des manuscrits. Le FBI décide alors d'engager Mercer Mann, une autrice incapable de se remettre à écrire, pour se rendre sur l'île de Camino Island en Floride et se lier à Bruce Cable, libraire excentrique, ami des écrivains (et plus si affinités), et surtout receleur présumé des manuscrits de Fitzgerald. En revenant sur la terre de son enfance, Mercer va trouver bien plus que prévu : un cercle d'écrivains prêt à l'encourager, et la proximité du troublant Bruce Cable. Il est facile dans ces conditions d'oublier sa mission, d'autant plus qu'elle n'est qu'une espionne en herbe et pourrait être découverte. Une enquête palpitante et une plongée dans le milieu des écrivains américains, qui y est peut-être pour quelque chose dans mon regain d'envie d'écrire.

samedi 22 juin 2024

Camp d'été

Après un Camp NaNoWriMo réussi en avril de cette année, le soufflé est bien retombé en mai et en juin, et après avoir publié L'horizon d'un voyage sur Atramenta, je n'ai pas beaucoup touché ni aux nouvelles aventures de l'Alchimiste ni à La Vierge de métal, ou très ponctuellement.

Mon travail ne m'a pas aidée, d'autant plus qu'une de mes collègues est en arrêt maladie longue durée depuis juin. Je lui souhaite évidemment un bon rétablissement, mais en attendant qu'elle revienne, je dois me charger d'une partie de son travail en plus du mien. J'ai eu aussi d'autres soucis qui ont contribué à me démotiver et m'écarter de l'écriture.

Cependant ce serait dommage de laisser ces deux textes inachevés, et j'ai donc décidé de refaire le Camp NaNoWriMo de juillet pour m'y remettre. Été oblige, cette fois ce sera un Camp plus décontracté, avec un objectif de seulement 10000 mots, et on verra jusqu'où j'irai, c'est un but à atteindre mais rien n'empêche de le dépasser, et même de loin.

Ce Camp se déroulera sur le même projet que les précédents, qui porte le titre générique de Temps incertains et qui englobera pour cet été La Vierge de métal et la nouvelle aventure de l'Alchimiste, Un bonheur illimité (le titre est toujours provisoire... mais ils y a des provisoires qui deviennent parfois définitifs).

Prête à camper (et à écrire) !

vendredi 21 juin 2024

Le retour de la Sultane

Au début de l'année, je découvrais les soins de la Sultane de Saba, avec une excellente première expérience, et une envie d'essayer une bonne partie de leurs formules "rituels". Promesse tenue, non sans mal : après la "Detox Darjeeling" puis le "Voyage sur la route de Malaisie" le mois suivant avec de très agréables parfums de jasmin, la suite a été un peu compliquée.

Déjà, de par l'emplacement et les horaires du hammam et mon propre emploi du temps, il ne m'est vraiment possible d'y aller que le jeudi soir après mon travail, et c'est un créneau très demandé, avec beaucoup d'attente. Et en cas de pépin, il faut s'armer de patience : mon troisième soin avait été réservé pour le mois de mai, mais peu avant la date prévue, j'ai attrapé un gros rhume avec état grippal. Avec mon odorat pratiquement inopérant, impossible de profiter des parfums, sans parler du risque de contaminer des gens. Il a donc fallu reporter d'un mois de plus ma "Détente orientale moussante (ou Soin oriental moussant) à la rose de Damas", mais cela en valait la peine.

Retour dans le hammam de la Sultane. La douche a été modifiée depuis cette photo, il n'y a plus de marche et le rideau, après avoir été en tissu, est désormais fait de chaînes dorées.

Comme pour tous les rituels de soin, je commence par une douche et un premier tour dans le hammam. Au bout d'un moment, on m'enduit de savon noir et je retourne transpirer un peu dans le hammam, en prenant une petite pause pour déguster un thé aromatisé et une pâtisserie orientale.

Le gommage est un classique du hammam au savon noir et au gant "kessa", d'abord sur le visage puis sur le corps. Ma "toiletteuse" me prévient que ça peut être un peu fort, et je me méfie aussi car ayant eu une infection à la mâchoire, je la sais encore un peu sensible, mais en réalité tout se passe bien, le gommage du visage que je me fais à la maison est plus violent que ça.

Après avoir fait de même sur le reste du corps, je me rince, puis arrive la partie moussante proprement dite. Et il n'y a pas tromperie sur la marchandise, je me retrouve littéralement recouverte de mousse, avec une telle épaisseur que j'ai l'impression d'être dans un nuage. En fait, c'est une bonne partie de la salle de soins qui est pleine de mousse, et quand j'en sors pour me re-rincer, j'en suis encore toute enveloppée.

Pourtant, je n'ai pas fini d'être enveloppée, puisque je suis aussi empaquetée avec du baume au beurre de karité, puis laissée "mijoter" le temps de m'assoupir. Au réveil, c'est le bol "shirodhara" qui fait couler une délicieuse eau chaude parfumée sur mon front et ma poitrine.

Et bien entendu, on termine par le traditionnel massage à l'huile parfumée, avec en bonus une touche de BB crème à la rose sur le visage. Dehors, il y a du monde, on entend le bruit des terrasses des bars avoisinants et de temps en temps celui des averses qui tombent, mais l'intérieur de la salle de massage est une bulle hors du temps où on ne ressent que les odeurs d'huiles essentielles de fleurs et la musique douce. Ressortir de cet univers à part est toujours un peu difficile, mais j'en emporte un flacon d'huile et le gant "kessa" pour pouvoir continuer le soin à la maison.

Je n'ai pas fini d'essayer tous ces "rituels", mais je sais qu'un jour, je referai celui-là. En attendant, pour l'été qui commence, je pense que la prochaine fois, je prendrai un "Voyage dans les îles" avec de la fleur de tiaré et un massage aux galets de céramique rafraîchissants, très pratiques si après ce printemps mitigé, l'été se révèle caniculaire.

En juillet, un voyage dans les îles... à deux pas de mon bureau.

vendredi 31 mai 2024

Lectures de mai 2024

Comme tous les ans, mai est le mois des jours fériés en pagaille, des ponts et même de quelques vacances. Pourtant il n'y a pas beaucoup de lectures ce mois-ci, mais c'est principalement parce que la dernière en date est très longue et ne sera terminée qu'en juin. Voici donc ce que j'ai lu en mai :

  • Les Contes de l'Infini - Collectif
    • Français
    • Papier

Après les Contes du Vortex, un nouveau recueil de nouvelles non-officielles dans l'univers de Doctor Who vient prendre le relais, principalement avec les Docteurs les plus récents mais pas seulement. Tour à tour poétiques, tragiques, contemporaines, futuristes ou presque historiques, les histoires font encore une fois voyager dans tout l'espace-temps avec les différents Docteurs et leurs compagnons d'hier et d'aujourd'hui. Certaines n'évitent pas l'écueil des personnages moralisateurs au point parfois de ne pas bien s'insérer dans l'histoire, mais certaines saisons de Doctor Who ne l'avaient pas évité non plus, on reste donc bien en raccord avec la série originale. Une exploration supplémentaire en attendant les prochains épisodes de Doctor Who.

  • Les Mémoires d'un chat - Hiro Arikawa
    • Français (traduit du japonais par Jean-Louis de la Couronne)
    • Papier

Un chat errant est recueilli par Satoru, un salaryman trentenaire de Tokyo, qui lui donne le nom de Nana (sept) en hommage au chat de son enfance Hachi (huit). Mais après plusieurs années sans histoires, Satoru se lance, apparemment sans explication, dans un road-trip à travers le Japon à la recherche de quelqu'un parmi ses amis qui voudra bien adopter Nana. En même temps, c'est aussi un voyage dans le passé tourmenté de Satoru qui se déroule sous les yeux lucides du chat : Nana devine les non-dits derrière les conversations de Satoru et de ses anciens amis d'enfance, et surtout le véritable motif du voyage, que Satoru refuse de dévoiler aux autres pour n'emporter que leurs sourires... L'histoire est triste quand on découvre la vérité, mais Nana, qui n'a pas la même vision du deuil que les humains, porte sur ce "dernier voyage" un regard touchant.

dimanche 26 mai 2024

BookPack 10.0

Une nouvelle page se tourne avec la disparition d'InLibroVeritas et Muple, ce qui m'oblige à faire quelques corrections dans ce nouveau BookPack en plus de l'addition de la nouvelle aventure de l'Alchimiste, L'horizon d'un voyage. On avance donc de la version 9.3 à la version 10.0, qui fait le ménage dans les liens en supprimant ceux qui ne sont plus actifs.

Notez au passage que la version 1.0 a été créée en janvier 2013, cela fait donc plus de 11 ans que le BookPack existe. Il avait commencé avec quelques textes sur Atramenta, et il a pris de plus en plus d'ampleur au fil du temps. Et ce n'est pas fini !

Vous pouvez le télécharger via le menu de droite, ou directement ici.

Adieu les liens d'InLibroVeritas et Muple... bonjour la nouvelle aventure de l'Alchimiste. - Par Seattleretro, CC BY 3.0 [https://creativecommons.org/licenses/by/3.0], via Wikimedia Commons

lundi 20 mai 2024

Adieu InLibroVeritas et Muple, je vous aimais bien

Il va falloir corriger quelques liens ici même, ainsi que sur mon site perso et mon BookPack : j'ai découvert que les plate-formes d'écriture InLibroVeritas et Muple ne répondent plus. Selon Firefox, impossible de se connecter au serveur pour InLibroVeritas, et impossible de charger la page pour Muple, ce qui n'est pas beaucoup mieux.

J'ai posé la question sur Twitter et Mastodon, sans beaucoup de réactions, et avec pour seule réponse un constat partagé d'inactivité d'InLibroVeritas. Il semble que les deux sites soient morts dans l'indifférence générale.

InLibroVeritas présentait d'ailleurs des signes peu encourageants depuis plusieurs années, visiblement dus à l'éloignement ou au désintérêt de son créateur. Forum non modéré et ouvert à tous les trolls et autres illuminés (et il y en a eu des gratiné(e)s), bugs de téléversement des textes qui donnaient des livres vides, tout cela avait contribué à m'éloigner du site. Le compte Twitter associé n'a d'ailleurs plus de message à son actif depuis 2016, et les livres édités par InLibroVeritas ne semblent plus disponibles en librairie non plus.

Je ne suis pas certaine du moment exact où InLibroVeritas a lâché, mais pour Muple, j'en ai une idée un peu plus précise : il fonctionnait encore le 30 mars 2024, date à laquelle j'y ai ajouté La planète menace. Là aussi, le compte Twitter n'est plus actif, depuis 2022. De plus, à ses débuts Muple envoyait des emails sur les découvertes du mois (dont Moortopia a même fait partie), ce qui n'est plus le cas et tend à démontrer que comme pour InLibroVeritas, la plate-forme a probablement été abandonnée par ses créateurs, et a continué de tourner en "roue libre" jusqu'à l'inévitable fin.

Si Muple n'était qu'une annexe pour moi et n'a jamais attiré beaucoup de retours sur mes textes, je suis triste de la fin d'InLibroVeritas, qui est la première plate-forme de publication sur laquelle je m'étais vraiment investie, et qui avait accueilli mes textes depuis Cyber-Arena. Atramenta (qui est d'ailleurs un fork d'InLibroVeritas à l'origine) a pris le relais, et continue de fonctionner, mais pour combien de temps ? Est-ce bientôt la fin de ces plate-formes d'écriture et de publication en ligne ?

RIP InLibroVeritas et Muple, petits anges partis trop tôt... - Par Infrogmation, CC BY 2.5 [https://creativecommons.org/licenses/by/2.5], via Wikimedia Commons

mardi 14 mai 2024

L'horizon d'un voyage

Après le double épisode La croisière abuse et La planète menace, et grâce au tout récent Camp NaNoWriMo du mois d'avril, l'Alchimiste s'offre aujourd'hui un nouvel épisode de sa deuxième saison, intitulé L'horizon d'un voyage. A peine revenue d'une croisière mouvementée et d'une escale imprévue sur une planète errante, elle s'embarque donc pour un autre voyage, qui ne va pas être de tout repos non plus. Elle ne pourra même pas compter sur tous ses compagnons habituels, même si Crystaléa sera évidemment de la partie, et qu'on assistera aussi au retour d'un personnage apparu à la fin de la première saison, 575.

J'en profite pour ajouter une petite information supplémentaire à son propos, car même s'il tient un rôle important dans plusieurs épisodes à commencer par Les anges du futur / Le démon du passé, 575 est longtemps resté une figure de l'ombre sur laquelle on ne sait pas grand-chose, et qui n'a qu'un numéro pour nom. On aurait cependant tort de penser que ce numéro ne signifie rien : il indique que la personne qui a inspiré 575 est née en 1975. Plus précisément, il s'agit de Wil Willis, ex-présentateur du Meilleur Forgeron et avant cela ex-soldat des forces spéciales américaines, ce qui le rend tout indiqué pour incarner un super-soldat. 575 n'a d'ailleurs pas dit son dernier mot dans cette aventure.

Couverture de L'horizon d'un voyage, avec la Galaxie du Sombrero (officiellement Galaxie M104, mais on l'appelle vraiment Galaxie du Sombrero).

Alors n'attendez plus, il est temps de découvrir ce nouvel épisode sur Atramenta ! (Muple ne répond pas à l'heure où je rédige cet article, et je n'ai pas pu y ajouter L'horizon d'un voyage ; j'espère que ce n'est que provisoire.)

Je réfléchis déjà à la suite des événements, avec un titre provisoire et encore largement susceptible de changer : Aimez-vous les gens heureux ?

mercredi 1 mai 2024

Fin du Camp NaNoWriMo 2024

Après avoir rempli mon objectif, j'ai terminé tranquillement le Camp NaNoWriMo d'avril 2024 en continuant l'écriture de La Vierge de métal. Sur un objectif initial de 20000 mots, je termine avec un score de 23056 mots exactement. Assez pour remplir mon objectif, pas beaucoup de marge (un score total de 115%) : l'objectif, en plus d'être cohérent avec celui du précédent Camp NaNoWriMo en avril dernier, était donc raisonnable.

Toute victoire mérite un trophée !

Pour ce qui est des détails, finalement, je n'aurai fait que deux projets sur les trois que j'avais prévus au début du Camp, mais cela m'a permis de faire le maximum sur chacun d'eux. Pour L'horizon d'un voyage, j'ai commencé de zéro, et j'ai terminé le premier jet le 20 avril, peu avant d'atteindre mon objectif, avec 12632 mots. Pour La Vierge de métal, j'étais loin de partir d'une page blanche, mais au fil des jours, même si je n'ai commencé à travailler dessus qu'à partir du 8 avril pour m'assurer d'un bon démarrage sur L'horizon d'un voyage, j'y ai ajouté 10424 mots de plus. La Vierge de métal est peut-être mon roman le plus long à ce jour, puisqu'au terme de ce Camp NaNoWriMo, il compte 84366 mots pour plus de 500000 caractères. Et il n'est toujours pas terminé, même si la fin de l'histoire se dessine !

Si cela vous intéresse, tous les détails, la progression au fil du mois et les badges obtenus se trouvent sur la page de mon projet sur le site du NaNoWriMo. Il y a même les statistiques de mes défis précédents.

Marianne (alias la Vierge de métal) représentée par l’Église Universelle ? - Par Thomas Hummel, CC BY-SA 4.0 [https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0], via Wikimedia Commons

Et maintenant ? D'abord, L'horizon d'un voyage va avoir besoin d'un peu de peaufinage avant d'être publié à la suite des autres aventures de l'Alchimiste, j'espère que ce sera fait au début du mois de mai. Pour La Vierge de métal, il y a plus de travail, mais me replonger dedans pour la première fois depuis 2023 m'a redonné de la motivation. Je vais continuer l'écriture, avec ou sans un nouveau Camp NaNoWriMo.

Et bien entendu, ne pas oublier de me reposer et de célébrer ma victoire, avec de nouveaux stickers, quelques vacances et un bon massage qui arrivent en ce mois de mai riche en jours fériés et en ponts.

mardi 30 avril 2024

Lectures d'avril 2024

En 2024, avril commence par le lundi de Pâques et se termine juste avant le 1er mai et les ponts qui le suivent. Entre les deux, une météo qui passe de l'été à l'hiver en quelques jours, mais aussi du temps pour le nouveau Camp NaNoWriMo et pour quelques nouvelles lectures :

  • The Changeling Worlds - Kenneth Bulmer
    • Anglais
    • Papier

Richard "Dick" Makepeace Kirby est membre de la jet-set galactique et s'il le veut, sa vie peut être une fête perpétuelle. Il n'y a qu'une loi fondamentale à respecter : ne jamais s'approcher des planètes à symbole "rouge" ou "noir", et se cantonner aux "dorées" et aux "blanches". Mais il n'y pense pas trop, jusqu'au jour où son frère Alec est tué. Parallèlement, l'agent John Hassett enquête sur une planète à symbole "noir" où une révolution se prépare, et le secret des différents symboles apposés sur les planètes habitées est sur le point d'être révélé. L'univers et le début de l'histoire sont intéressants, mais la fin en mode "les méchants c'étaient les autres et on va tout arranger" laisse perplexe, en plus d'une édition franchement bâclée et bourrée de coquilles.

  • Les épaves de Tycho - Clifford D. Simak
    • Français (traduit de l'anglais par France-Marie Watkins)
    • Papier

Trois histoires courtes de science-fiction dans différents endroits et sur différents thèmes. La première, sur la Lune, tourne autour du cratère Tycho, dont personne n'est jamais revenu et où un prospecteur va découvrir des secrets bien cachés. La seconde, de retour sur Terre, explore les états d'âme d'un collectionneur de timbres intergalactiques qui va ajouter à sa collection une pièce capable de changer le monde. Enfin, la troisième, peut-être la plus intéressante compte tenu de l'actualité, transforme la Terre en usine de production d'histoires pour extraterrestres, mais des histoires écrites et relues par des machines pour assurer un volume suffisant (une situation étonnamment actuelle à une époque où se pose la question de l'IA générative comme ChatGPT), qui ne satisfait cependant pas tout le monde, que ce soit du côté des lecteurs ou des auteurs.

  • Micromégas & L'Ingénu - Voltaire
    • Français
    • Papier

Deux contes philosophiques de Voltaire qui diffèrent à la fois par leur longueur et leur tonalité. Micromégas est une fantaisie proto-SF où un habitant géant du système de Sirius rencontre les habitants de la Terre, et après un temps d'échanges scientifiques, bute sur leurs querelles théologiques et philosophiques. L'Ingénu est un conte plus cruel, où un jeune homme innocent élevé chez les Hurons "(...) des gens de bien grossiers, et les hommes de ce pays-ci sont des coquins raffinés" va de déconvenue en drame devant l'hypocrisie et la malveillance de certains "civilisés", en particulier les courtisans et les religieux. Les deux se rapprochent par l'intention de Voltaire d'adopter un point de vue extérieur pour mieux mettre en lumière les défauts de la société de son époque, le tout avec un humour acerbe voire amer.

  • La planète aux embûches - Clifford D. Simak
    • Français (traduit de l'anglais par Michel Deutsch)
    • Papier

Edward Lansing, un professeur dans un lycée banal, apprend un jour l'existence d'une machine à sous qui exauce les souhaits. N'y croyant pas, il l'essaie quand même et... n'a rien à souhaiter. Peu importe, la machine décide malgré tout de le transporter dans un monde inconnu où, avec cinq autres personnes très différentes, il va devoir comprendre le pourquoi de ce monde, tout en survivant aux pièges qui jalonnent cette espèce de jeu de rôle grandeur nature mortel. Une étrange aventure de SF old-school, qui ressemble cependant un peu trop à un escape game géant malgré des décors et des personnages hauts en couleurs voire un peu caricaturaux. Comme souvent chez Clifford D. Simak, c'est aussi la fin qui pèche par son côté abrupt.

  • Manon Lescaut - Abbé Prévost
    • Français
    • Papier

Destiné à l'Ordre de Malte par sa famille, le chevalier des Grieux abandonne tous ses projets lors d'un coup de foudre pour Manon Lescaut, une belle jeune fille en route pour le couvent et absolument pas faite pour devenir religieuse. Pour lui, c'est le début d'une longue descente aux enfers qui lui fera perdre son argent et sa réputation dans les milieux libertins du XVIIIe siècle, entre nobles débauchés, jeux truqués et prostitution, mais chaque occasion de s'en sortir est rejetée ou tourne court car elle impliquerait de se séparer de Manon. Histoire d'amour ou histoire de dupes, cette histoire joue sans cesse sur la double image des personnages principaux, pour certains admirables dans leur amour toujours renouvelé, pour d'autres les pires des filous.

jeudi 25 avril 2024

Camp NaNoWriMo 2024 : c'est gagné !

C'était ce que prédisaient les compteurs du NaNoWriMo en fonction de ma moyenne d'écriture : aujourd'hui, 25 avril, j'ai atteint mon objectif de 20000 mots pour le Camp NaNoWrimo d'avril 2024 !


Contrairement à l'objectif initial, je ne l'ai rempli qu'avec deux textes sur les trois sur la ligne de départ : la nouvelle aventure de l'Alchimiste, L'horizon d'un voyage, et mon roman La Vierge de métal qui avait bien besoin que je m'y remette. Rien en vue pour Duncan Blackthorne : Les Ombres de Tanis, et quand je vois le peu de succès rencontré par mes séries précédentes Orgone Tour et Capitaine Quantum, je ne suis finalement pas certaine de me lancer dedans.

Le Camp NaNoWriMo s'est grosso modo déroulé en deux phases, l'une principalement consacrée à L'horizon d'un voyage, et la seconde à La Vierge de métal une fois que j'ai terminé le premier jet de L'horizon d'un voyage. Les deux projets se sont très bien enchaînés sans effet de "récupération" ou d'autre temps mort entre les deux, ce qui était d'autant plus facile que j'ai quand même un peu touché à La Vierge de métal pendant la première partie, ce qui m'a permis de ne pas me retrouver dépourvue à la fin de L'horizon d'un voyage.

Mon diplôme de victoire du Camp NaNoWriMo !

Je me retrouve donc avec un beau diplôme de fin du Camp NaNoWriMo, une nouvelle aventure de l'Alchimiste qui demandera cependant quelques retouches, et une belle avancée sur La Vierge de métal. Et comme le mois d'avril n'est pas encore terminé, je ne compte pas encore m'arrêter là, il y a encore des aventures qui attendent les personnages de La Vierge de métal et pas des moindres. Et si cela ne suffit pas, je profiterai de l'effet de "tremplin" du Camp NaNoWriMo pour continuer les mois suivants, et si cela ne suffit toujours pas, il y a un autre Camp NaNoWriMo en juillet où je pourrais encore une fois combiner La Vierge de métal et une future nouvelle aventure de l'Alchimiste... ou autre chose ?

En attendant, il est temps de terminer tranquillement le Camp NaNoWriMo d'avril, et de profiter du mois de mai et tous ses ponts pour me reposer. En mai, j'ai d'ailleurs prévu un nouveau rendez-vous chez La Sultane de Saba pour un soin à la rose de Damas...

samedi 13 avril 2024

BookPack 9.3 et Camp NaNoWriMo

Pour ce mois d'avril, fini le Writever, mon nouveau défi est le Camp NaNoWriMo que j'avais déjà fait en avril 2023, et sur le même principe : je reprends mon projet intitulé Temps incertains avec de nouveaux textes et le retour d'anciens.

  • D'abord, les aventures de l'Alchimiste continuent après La planète menace, avec un nouvel épisode intitulé L'horizon d'un voyage. Cet épisode est déjà bien avancé et il continue à son rythme.
  • Ensuite, La Vierge de métal. Ce roman, que j'avais bien avancé lors du précédent Camp NaNoWriMo, n'est toujours pas terminé. Pire, je n'y avais plus retouché depuis 2023. Il est temps de le reprendre.
  • Enfin, le retour de Duncan Blackthorne avec une série intitulée Duncan Blackthorne : Les Ombres de Tanis qui reprend en partie l'intrigue d'un autre roman jamais achevé, Duncan Blackthorne et l'Ombre du Rex Ka. On verra bien si cette nouvelle mouture aura plus d'avenir que la précédente.

Je ne suis pas encore à la moitié du mois et 10000 mots ont déjà été écrits sur les deux premiers textes, j'essaie de continuer sur cette lancée. En attendant, les dernières Micronouvelles et La planète menace sont disponibles dans le nouveau BookPack 9.3, à lire en avril en prenant des nouvelles de ce nouveau Camp NaNoWriMo si vous le désirez ! Téléchargez-le dès maintenant via le menu de droite, ou directement ici.

Thomas de Grailly relisant ses aventures contées dans Micronouvelles VII ? - Par Gerard ter Borch [Domaine public], via Wikimedia Commons

mardi 2 avril 2024

Micronouvelles VII

Après Micronouvelles VI en janvier et février, mars a été l'occasion d'écrire un nouveau recueil de Micronouvelles, cette fois sous la forme d'une histoire en plusieurs épisodes comme ça avait été le cas par le passé.

Pas de fantastique ou de SF cette fois, juste, comme suggéré par le thème du Writever de mars, une aventure de cape et d'épée du genre des Trois Mousquetaires, sauf que cette fois il n'y a que deux héros, et qu'aucun des deux n'est mousquetaire. Leur adversaire n'est pas le cardinal de Richelieu (qui a un peu trop endossé le rôle du méchant depuis Les Trois Mousquetaires et ses adaptations), mais Gaston d'Orléans, frère cadet du roi Louis XIII et éternel comploteur contre son aîné, même si selon Wikipédia "Ses conspirations échouèrent toujours, faute de réel projet politique".

Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII - Par Antoine van Dyck [Domaine public], via Wikimedia Commons
Après la mort de Louis XIII, Gaston d'Orléans ira même jusqu'à prendre une part active à la Fronde, menaçant la reine-mère Anne d'Autriche, le cardinal Mazarin et le nouveau roi Louis XIV. C'est ce qui lui vaudra (et non les évènements inventés dans Micronouvelles VII) l'assignation à résidence dans son château de Blois, dont il ne reviendra jamais car il y décèdera quelques années plus tard, à 51 ans. Sa fille aînée, Anne-Marie-Louise d'Orléans dite "la Grande Mademoiselle", aura aussi un destin digne d'être mis en épopée, mais qui ne fait pas l'objet de Micronouvelles VII. Peut-être plus tard ?

Le complot de Gaston d'Orléans et les aventures des héros qui l'ont déjoué sont à lire dès maintenant sur Atramenta. Ce recueil contient aussi mes derniers HebdoCubes, le défi ayant malheureusement pris fin après son tout dernier lancer au début du mois de mars.

Un nouveau recueil de Micronouvelles s'ajoute à la série...

dimanche 31 mars 2024

Lectures de mars 2024

Après un drôle d'hiver, avec mars vient le printemps et plus d'envies de sortir... à condition de passer entre les gouttes, ou de voyager dans d'autres mondes grâce à mes lectures. Voici ce que j'ai lu en mars :

  • Sur ordre 2 - Tom Clancy
    • Français (traduit de l'anglais par Bernard Blanc)
    • Papier

Les attaques contre les États-Unis et leur nouveau président Jack Ryan continuent. L'assassinat de Saddam Hussein a permis à l'ayatollah Daryaei de faire main basse sur l'Irak, et un cas d'Ebola en Afrique lui donne l'occasion de récupérer le virus et de l'utiliser dans une attaque biologique. Après l'attentat au 747, cette seconde partie continue de faire écho à l'actualité en anticipant une pandémie presque réaliste, à un détail près : le confinement est plutôt bien respecté, et surtout le président des États-Unis prend la menace très au sérieux... On a même droit à des complotistes trop bêtes pour réussir. A part la toute fin qui semble un peu prévisible, l'histoire est complexe et toujours très prenante, malgré un côté "America fuck yeah" qu'il faut supporter.

  • Demain les chiens - Clifford D. Simak
    • Français (traduit de l'anglais par Jean Rosenthal)
    • Papier

Que signifient les contes et les légendes que se racontent les chiens depuis la nuit des temps ? L'espèce humaine a-t-elle réellement existé, ou n'est-elle qu'un mythe commode qu'ils ont inventé pour expliquer l'origine du monde ? Les chiens se divisent à ce sujet, mais pour le lecteur, c'est l'occasion de constater un lent déclin d'une espèce humaine prisonnière de ses instincts, qui au fil des différents évènements qui jalonnent son histoire, hésite entre changer pour évoluer, ou rester immuable au risque de s'immobiliser, et qui finit par passer la main plus ou moins volontairement, sans savoir si c'est pour le meilleur ou pour le pire. Une étonnante réflexion sur l'humanité à travers le prisme de différentes hypothèses et sur les possibilités de son futur.

  • Celui qui chuchotait dans les ténèbres - H.P. Lovecraft
    • Français (traduit de l'anglais par Jacques Papy & Simone Lamblin)
    • Papier - Reçu via la box Once Upon A Book de février 2024

Wilmarth, professeur à l'université de Miskatonic, s'intéresse avec scepticisme à d'étranges découvertes faites dans le Vermont, ce qui l'amène à entrer en contact avec un érudit local, Henry Akeley, qui lui affirme que la région est bel et bien envahie par de monstrueuses créatures venues d'ailleurs, et bientôt qu'elles vont venir le chercher car il en sait trop. Jusqu'à un retournement de situation qui prétend tout résoudre mais qui n'est en fait que le prélude à encore plus d'horreur. Un classique de Lovecraft qui se relit toujours avec plaisir et frissons, surtout après avoir joué à Cthulhu: Death May Die dans le même temps.

  • Les Visiteurs - Clifford D. Simak
    • Français (traduit de l'anglais par France-Marie Watkins)
    • Papier

Un jour, sans prévenir et sans rien dire, d'immenses parallélépipèdes noirs débarquent de l'espace, d'abord dans la petite ville de Lone Pine puis dans tous les États-Unis. Journalistes, politiciens et simples citoyens se demandent qui sont ces visiteurs et ce qu'ils veulent, mais sans parvenir à réellement communiquer avec eux. Il ne semble pas s'agir d'envahisseurs hostiles, mais qui sait si les bonnes intentions ne peuvent pas faire encore plus de dégâts ? L'histoire fait un subtil parallèle avec la colonisation de l'Amérique au détriment de ses autochtones, mais sans aller aussi loin, et avec une fin un peu abrupte qui fait appel à l'imagination mais laisse un peu sur sa faim.

samedi 30 mars 2024

La planète menace

La croisière abuse est en ligne depuis assez longtemps, il est temps de publier l'épisode qui lui fait pendant, La planète menace.

Ce titre n'est pas nouveau, il vient d'une œuvre de jeunesse qui était un roman de science-fiction à base d'envahisseurs, la "planète menace" étant celle dont venaient les envahisseurs en question. Dans cet épisode, il ne reste pas grand-chose de l'original à part son titre, et la "planète menace" est une menace pour une raison entièrement différente, que l'on entrevoit dans La croisière abuse mais qui va se préciser dans ce nouvel épisode.

Au moins, l'Alchimiste aura la consolation de ne pas affronter la menace en question seule, elle pourra bénéficier de l'aide de ses alliés provisoires, dont le Capitaine Quantum qui n'a pas encore dit son dernier mot.

Couverture de La planète menace

Il est maintenant temps de vous rendre sur Atramenta ou sur Muple pour découvrir enfin la seconde partie des aventures de l'Alchimiste et du Capitaine Quantum, mais pas encore la fin. Le Capitaine Quantum reviendra-t-il ? La suite... au prochain numéro, peut-être !

Et pour fêter cela, j'ai aussi remplacé l'ancien montage vite fait qui servait de présentation à la collection L'Alchimiste sur Atramenta par un dessin fait sur mesure par une extraordinaire artiste ukrainienne !

L'Alchimiste (version saison 1) par la talentueuse Lana Banana (https://ko-fi.com/redhead_trickster)

samedi 16 mars 2024

BookPack 9.2

Avec de nouveaux textes vient le nouveau BookPack, qui inclut Micronouvelles VI et La croisière abuse, mais aussi quelques corrections de ma nouvelle non-officielle dans l'univers de Doctor Who, Agents provocateurs.

Il n'y a pas que des ajouts : je retire aussi Celle qui règne sur les crotales qui vient d'être renvoyée à un éditeur. Si elle n'est pas retenue, elle reviendra, mais j'aimerais bien qu'un de mes textes soit accepté pour une fois.

Vous pouvez télécharger cette nouvelle version du BookPack directement ici, ou dans le menu de droite !

Des livres et des voyages... - Par Zendegibehtar, CC BY-SA 4.0 [https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0], via Wikimedia Commons

dimanche 3 mars 2024

La croisière abuse

Le nouvel épisode des aventures de l'Alchimiste est enfin disponible ! Il a mis du temps à être écrit, car au cours du processus, il est devenu un épisode double, et je voulais être certaine d'avoir deux épisodes cohérents avant d'en lancer la publication.

La croisière abuse est peut-être un jeu de mots facile avec la série La croisière s'amuse, mais ce titre trouve sa raison d'être dans une croisière que j'ai faite et où le but était de s'amuser, mais qui a subi quelques problèmes. A quelque chose malheur est bon, puisque ce sont ces problèmes qui m'ont fourni les idées de départ pour ce nouvel épisode. Après les avoir un peu exagérés, et transposés dans l'espace en ajoutant quelques touches supplémentaires, il n'y avait plus qu'à les mélanger aux aventures d'un autre personnage que je voulais revoir : le Capitaine Quantum. Comme c'est un pirate de l'espace qui n'hésite pas à s'en prendre à des vaisseaux de ligne (à condition qu'il y ait de l'argent à se faire sans risque déraisonnable), il y avait une bonne raison pour que sa route croise celle de cette croisière qui abuse.

L'Alchimiste va aussi y croiser une vieille connaissance, mais dont l'identité ne sera révélée que lors de la seconde partie de cet épisode double, La planète menace.

Couverture de La croisière abuse
Il est temps d'embarquer sur cette croisière pas comme les autres. Vérifiez vos billets, n'oubliez pas vos bagages, et rendez-vous sur Atramenta ou sur Muple !

samedi 2 mars 2024

Micronouvelles VI

Avec l'année 2024 a commencé le grand retour du Writever pour moi, plus précisément celui de janvier sur le thème des médias. Je pensais au départ ne faire que celui-là, mais alors que je venais de le terminer, celui de février est arrivé, sur le thème des chats. Difficile de passer à côté quand on aime autant les chats que moi...

J'ai donc enchaîné les deux pour en faire un unique recueil de Micronouvelles, qui vient compléter une collection qui s'étoffe rapidement. En tout, exactement 60 micronouvelles, entre les 31 de janvier et les 29 de ce mois de février bissextile.

Il y aura d'autres Micronouvelles à venir, car je commence déjà le Writever de mars sur le thème du XVIIe siècle, de la cour de Louis XIII et des romans de cape et d'épée, avec des mots qui se prêtent bien à une histoire d'aventures. Contrairement à ceux de janvier et de février, le Writever de mars sera donc constitué de micronouvelles qui se suivent, à la manière de Micronouvelles IV et Micronouvelles V déjà parues. Ce sera aussi le retour des Hebdocubes, qui avaient fait une pause à la fin de l'année 2023 et au début de 2024, mais reviennent en mars.

En attendant, rendez-vous sur Atramenta pour découvrir ces Micronouvelles de janvier et de février !

Même couverture que précédemment pour Micronouvelles VI (et pour les futures Micronouvelles VII), on ne change pas une équipe qui gagne...

vendredi 1 mars 2024

Le retour de l'Alchimiste : La croisière abuse / La planète menace

Depuis la publication de La machine sacrée en octobre dernier, il n'y avait plus de nouvelles de l'Alchimiste, mais c'est sur le point de changer. Ce n'est pas un, mais deux épisodes qui arrivent, car La croisière abuse / La planète menace est un double épisode, le troisième depuis le début des aventures de l'Alchimiste, et le premier de la saison 2 après ceux de la saison 1 Suicide au paradis / Renaissance en enfer et Les anges du futur / Le démon du passé.

Chacun des titres de ces épisodes a une histoire : La croisière abuse m'est venu à l'esprit en octobre dernier après une croisière qui a révélé un certain nombre de problèmes (qui ont aussi inspiré certains espects de l'histoire), tandis que La planète menace était le titre d'une oeuvre de jeunesse, un roman de SF à base d'envahisseurs. Ici, seul le titre est resté, le contenu n'a plus rien à voir avec l'original.

Couverture de La croisière abuse

Il est intéressant de noter que ce double épisode est aussi un crossover : l'Alchimiste y rencontre un autre de mes héros, le Capitaine Quantum. Il semble aujourd'hui acté qu'il n'y aura pas de nouvelle saison de Capitaine Quantum sur Vivlio Stories faute d'audience sur la première, mais le Capitaine Quantum est mon personnage, et si je veux qu'il vive de nouvelles aventures, il n'y a absolument rien qui m'en empêche. En plus de lui, l'Alchimiste va aussi rencontrer, ou plutôt re-rencontrer, un personnage qu'elle pensait ne plus revoir, et des ennemis de cette nouvelle saison seront aussi au rendez-vous.

Le Capitaine Quantum et sa copilote Phan, par la talentueuse Lana Banana (https://ko-fi.com/redhead_trickster)

La croisière abuse arrive dans très peu de temps, La planète menace suivra un mois plus tard. Il devrait aussi y avoir un nouveau recueil de Micronouvelles et de nouvelles versions du BookPack pour aller avec ces nouvelles sorties. Je vais aussi me remettre à la suite des aventures de l'Alchimiste, car la saison 2 n'est pas encore terminée. Il y a encore des boucles à boucler et des alliés plus ou moins inattendus à récupérer avant l'inévitable affrontement avec son nouvel adversaire.

J'ai aussi envoyé aux éditions 1115 une de mes nouvelles les plus récentes, Celle qui règne sur les crotales. On verra bien ce que cela donnera, mais ce serait quand même une drôle d'ironie que cette nouvelle soit acceptée par un autre éditeur après avoir été refusée par celui auquel elle était destinée. S'ils l'acceptent, peut-être que d'autres nouvelles suivront, et pourquoi pas les aventures de l'Alchimiste ?

Couverture de La planète menace, à suivre après La croisière abuse

jeudi 29 février 2024

Lectures de février 2024

2024 a la particularité d'être une année bissextile. 29 jours en février cette année, c'est un jour de plus pour lire, et surtout c'est un long voyage à Cannes (10 heures de train aller-retour, beaucoup de temps pour finir et même commencer un livre) et c'est aussi le retour de la box Once Upon a Book avec une box orientée science-fiction. Et voici ce que j'ai lu avec tout cela :

  • Mon voisin Totoro - Hayao Miyazaki
    • Français (traduit du japonais par Hiroe Sasaki)
    • Papier - Manga

Deux fillettes, Satsuki et Mei, viennent d'emménager avec leur père à la campagne en attendant le retour de leur mère qui est à l'hôpital. En découvrant leur nouvel environnement, elles font la connaissance des esprits qui l'habitent, et en particulier de Totoro, une grosse créature de la forêt mi-chat-mi-lapin, bienveillante et qui les aidera à surmonter leurs soucis. Un adorable conte pour enfants qui se revoit en manga avec grand plaisir. Cependant, comme pour Le Voyage de Chihiro le mois dernier, j'ai eu l'impression que le découpage passait beaucoup de temps sur certaines scènes, et même si elles sont agréables à revoir, la fin a l'air d'être un peu expédiée.

  • Chantier - Stephen King alias Richard Bachman
    • Français (traduit de l'anglais par Frank Straschitz)
    • Papier

La construction d'une nouvelle autoroute a été décidée. Pour la ville, c'est une aubaine, mais pour Barton George "Bart" Dawes, c'est une catastrophe car le chantier va démolir à la fois sa maison et la blanchisserie industrielle où il travaille, et aussi la petite vie tranquille qu'il s'était construite. Vie tranquille qui repose en réalité sur des fondations plus que bancales, et on comprend très vite que Bart n'est pas tout seul dans sa tête. Déboussolé par ce chantier qui remet à vif les cicatrices de son existence sans le savoir, il refuse toutes les occasions "d'arranger les choses" et plonge peu à peu dans la folie... à moins que ce ne soit le monde qui l'entoure qui est fou, ayant perdu son humanité dans la course au profit. Pas de démons cachés ou autres forces surnaturelles dans ce Stephen King qui ne dit pas son nom, pour une fois la folie reste strictement humaine.

  • Star Wars : Luke Skywalker - Collectif
    • Français (traduit de l'anglais par Thomas Davier)
    • Papier - Comic - Reçu via la box One Upon A Book de février 2024

Luke Skywalker, incontournable héros de Star Wars, est présenté ici dans plusieurs aventures correspondant à différentes époques de la trilogie Un Nouvel Espoir / L'Empire contre-attaque / Le Retour du Jedi. Entre l'Alliance qui reconnaît ses talents de pilote mais a parfois du mal à gérer ses initiatives et sa désobéissance aux ordres, et l'Empire qui fait tout pour l'attirer vers le côté obscur de la Force, Luke a parfois du mal à trouver sa place. Heureusement, il peut compter sur ses amis fidèles même s'ils ont leurs propres motivations et parfois leurs propres problèmes, comme l'enlèvement de Han Solo sur Bespin. Un agréable retour dans la trilogie originelle de Star Wars, la meilleure de toutes selon les connaisseurs.

  • Sur ordre 1 - Tom Clancy
    • Français (traduit de l'anglais par Bernard Blanc)
    • Papier

Un 747 s'est explosé dans les fenêtres du Capitole, tuant net le président des États-Unis et plusieurs sénateurs en pleine cérémonie. L'agent Jack Ryan, qui avait accepté la vice-présidence par intérim, se retrouve propulsé d'un coup au cœur de la Maison Blanche au plus mauvais moment : certains pays étrangers ainsi que les médias américains se méfient de ce nouveau président, ancien barbouze et qui semble étranger aux jeux politiques habituels, pendant qu'en Iran, l'ayatollah Daryaei avance ses pions dans tout le Moyen-Orient et au-delà. Pour couronner le tout, Ed Kealty, l'ancien vice-président forcé de démissionner pour abus sexuels, tente de convaincre le monde que sa démission n'a pas été officialisée, et surtout qu'il ferait un meilleur président. Ecrit avant les attentats du 11 septembre 2001, ce livre offre une description toujours d'actualité de la géopolitique mondiale, avec un personnage principal tour à tour attachant et agaçant, bref, un être humain doté d'un pouvoir un peu trop grand.

vendredi 2 février 2024

La Sultane de Saba

Attention, cet article ne parle ni de mes livres ni de mes lectures, une fois n'est pas coutume. En fait, s'il a un rapport avec quelque chose, c'est surtout avec mon travail "officiel" qui, s'il paie bien, n'est pas dénué de stress en contrepartie. Stress qu'il me faut parfois soulager, et j'ai déjà eu recours de temps à autre à des spas ou des massages à Paris ou ailleurs (mention spéciale pour l'époque où je vivais dans le 13e arrondissement et où, quartier asiatique oblige, il y avait des massages thaïlandais non loin de chez moi).

A Noël dernier, j'ai reçu une Smartbox pour un spa, et bien que j'aie finalement retenu un autre établissement pour en profiter avec mon compagnon, j'ai découvert à cette occasion l'existence des hammams-spas de La Sultane de Saba (un nom déjà évocateur, et qui se double d'une ambiance de Mille et Une Nuits voulue par la créatrice d'origine marocaine), et en particulier de celui de Montorgueil qui se trouve à littéralement deux rues de mon travail. Une petite visite sur place et, bien que je ne voie pour l'instant que la boutique, je me laisse convaincre par l'offre et par l'ambiance générale, et je réserve un "rituel de soin" pour un soir où je sors du travail et où mon compagnon ne m'attend pas à la maison : en effet, le soin dure au total 1 heure et demie.

Bienvenue au palais oriental de la Sultane de Saba...

Mon premier essai se fait avec une "Détox Darjeeling" (également appelée "Détox de la Sultane de Saba") qui fait partie du thème "Voyage sur la route de Darjeeling". C'est en effet la marque de fabrique de la chaîne, comme le précise son slogan "Voyagez au-delà de vos sens" : une importante partie de l'offre se décline autour de thématiques de voyages associant une "destination", une signature olfactive, et généralement une technique de massage ou de gommage. Pour Darjeeling, comme son nom l'indique, la signature olfactive est à base de thé associé au gingembre. Deux raisons expliquent mon premier choix : mon goût pour le thé, et le fait que ce "rituel" soit un peu moins long que d'autres soins similaires, et donc parfait pour un premier essai.

Par le hasard du calendrier de mon travail, juste avant de commencer, j'ai dû subir un après-midi de réunions, dont une particulièrement longue à la fin. Cela faisait suite à d'autres réunions à répétition une semaine plus tôt, à la date à laquelle je voulais initialement réserver mon soin. Au moins, j'attendais d'autant plus ma visite à la Sultane, et j'avais vraiment envie (et besoin) de me détendre.

L'établissement a pris soin de m'envoyer un SMS la veille du soin pour me rappeler la date et l'heure, mais il n'y avait aucun risque que j'oublie. Après le travail, je me présente à l'heure dite, sans doute un peu avant, mais je suis immédiatement reçue dans un petit salon où je n'ai pas à attendre longtemps : très vite, direction les vestiaires, un peu étroits mais suffisants pour y mettre mes vêtements et le gros sac qui contient mon ordinateur et mes affaires de travail. Ayant enfilé mon maillot et mon peignoir, je redescends ensuite au hammam pour commencer la détente. La vapeur est très riche en eucalyptus et je crois que je me suis décongestionné les bronches pour un moment. On me sert aussi un gobelet de thé tiède (mais tant mieux, je déteste quand c'est trop chaud) et une pâtisserie orientale.

Après avoir pris une douche et un peu mariné dans la vapeur, les soins commencent et vont crescendo. Si le hammam n'est qu'une mise en bouche, le gommage me permet de commencer à me détendre et à sentir ma peau décrassée, puis l'enveloppement me permet presque de m'endormir sur la table chaude. Il est ensuite complété par le "bol shirodhara" que je ne connaissais pas, un étrange objet suspendu au plafond qui fait couler de l'eau chaude parfumée sur le visage et le haut du corps. Extrêmement agréable.

Ensuite, le rituel se termine par l'incontournable massage thaïlandais à l'huile chaude et parfumée, accompagné de serviettes chaudes aux moments clés, pour un pur moment de détente qui dure très longtemps et passe sur toutes les parties du corps, jusqu'au visage qui en profite en dernier.

Un "Voyage sur la route de Darjeeling" pour s'évader au pays du thé, le prix du billet d'avion et le bilan carbone en moins.

Le retour à la réalité est un peu difficile (surtout quand la première chose que je vois en sortant du bâtiment est un camion-poubelle...) après avoir visité cet Orient fantasmé où règne la Sultane, avec un mélange heureux de ce que peuvent offrir les civilisations méditerranéennes, de l'Inde et de l'Asie de l'Est. Et comme tous les rêves, pour en profiter au maximum, il faut éviter de faire attention à certains détails, comme une plomberie approximative du lavabo et un gros aspirateur très mal caché dessous... Mais j'ai été réellement détendue par l'expérience et je vais en garder l'odeur un bout de temps. Ensuite, je compte bien la renouveler avec un autre rituel à découvrir, sûrement dans un mois.

Quel sera le prochain ?

  • Le Voyage sur la route de Malaisie avec du bambou, du jasmin et des fleurs tropicales ?
  • Le Délice de la Sultane avec la fleur d'oranger que j'adore et un massage facial supplémentaire ?
  • La Détente orientale moussante à la rose de Damas, une nouveauté ?
  • Le Voyage balinais au lotus et à la fleur de frangipanier ?
  • Le Voyage dans les îles au monoï et à la fleur de tiaré ?
  • Le Voyage vers le Taj Palace dont j'ai reçu un échantillon en cadeau ?

*Post garanti non sponsorisé.

mercredi 31 janvier 2024

Lectures de janvier 2024

Une nouvelle année s'ouvre en 2024 après une année 2023 marquée par The Expanse. Il est temps de passer à quelque chose de très différent, et voici ce que j'ai lu :

  • Le voyage de Chihiro - Hayao Miyazaki
    • Français (traduit du japonais par Aurélien Estager)
    • Papier - Manga

Chihiro se retrouve projetée dans un autre monde et voit ses parents changés en cochons par la sorcière Yubaba. Pour ne pas finir dévorée, elle doit travailler dans l'établissement de bains de la sorcière, mais bénéficiera de l'aide d'étranges créatures pour déjouer les pièges qu'on lui tend et retrouver sa liberté. Grand classique des studios Ghibli, Le voyage de Chihiro est adapté ici en manga, avec un rythme étrange où certaines scènes s'étendent sur plus d'une page, et où à l'inverse, la fin semble un peu expédiée comme s'il n'y avait plus assez de pages. Le "revoir" fait cependant toujours plaisir et permet de retomber un peu en enfance.

  • Time Riders - Alex Scarrow
    • Français (traduit de l'anglais par Aude Lemoine)
    • Papier

Trois adolescents venant de trois époques différentes sont sauvés in extremis de la mort par le mystérieux M. Foster. Celui-ci a en réalité besoin d'eux pour reformer une agence de surveillance du temps, dont le but est d'empêcher des voyageurs du temps clandestins de réécrire l'histoire ou de réveiller des forces dangereuses pour l'humanité tout entière. Justement, pour leur baptême du feu, ils vont devoir affronter une sorte de néo-nazi venu du futur, qui a permis aux Allemands de gagner la Seconde Guerre mondiale mais qui a ses propres plans pour la suite... ou pas. Les "répercussions" des changements dans le temps sont traitées bizarrement et n'aident pas à se plonger dans le récit, pas plus que le caractère parfois brouillon des personnages. Il reste toutefois divertissant.

  • Code Quantum : Pilote - Julie Robitaille
    • Français
    • Papier

Un inconnu se réveille en 1956. Il ne sait pas qui il est, mais il est certain de deux choses : il ne vient pas de 1956, et il n'est pas le pilote Tom Stratton même s'il se trouve pour une raison inconnue dans son corps. Il doit vite découvrir qui il est vraiment et pourquoi cet échange de corps a eu lieu, avant que Tom Stratton ne soit obligé de participer à l'essai d'un prototype d'avion supersonique alors que celui qui occupe son corps ne sait pas piloter... Cette novélisation m'a rappelé des souvenirs, ceux de la série Code Quantum que je regardais assidument dans les années 90, et même si l'épisode est court, il m'a plongé le temps de la lecture dans une certaine nostalgie.

  • Les Colombes du Roi-Soleil 1 : Les comédiennes de Monsieur Racine - Anne-Marie Desplat-Duc
    • Français
    • Papier

Issues de la noblesse mais désargentées, la prude Hortense, la sage Isabeau, la rebelle Charlotte et la timide Louise sont élevées à la Maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr, à deux pas de Versailles, sous le patronage de Louis XIV et de Madame de Maintenon. Leurs seules perspectives d'avenir sont de faire un bon mariage ou d'entrer au couvent, ce qui ne les satisfait pas toutes. Mais un bouleversement a lieu dans la vie bien réglée de l'école : Racine en personne a écrit pour les élèves de Saint-Cyr une pièce pieuse, Esther, qu'elles vont devoir jouer devant le Roi. De quoi faire tourner la tête d'une bande d'adolescentes de quinze ans, sans compter le choc des cultures entre les intrigues de Versailles et la vie de Saint-Cyr. Une lecture qui ne paraît pas être ma tasse de thé à première vue, mais qui m'a rappelé les parties de Lycéenne RPG et le travail que j'ai investi dans l'article Wikipédia sur la Maison royale de Saint-Louis.

  • Arcadia : l'intégrale - Fabrice Colin
    • Français
    • Papier

Arcadia, le monde de l'imaginaire, est figé dans une époque victorienne fantasmée et peuplée de fées et de poètes romantiques. Ternemonde, le monde réel, de nos jours, est morne et dépeuplé, et les gens qui restent se préparent à une fin du monde progressive mais inéluctable. Pourtant, en Arcadia, un groupe de poètes découvre ce qui se trame derrière cette fin du monde et comment ils peuvent l'éviter. Et il n'y a pas grand-chose d'autre dans cette histoire dont la narration est embrouillée et se perd en digressions ; on pourrait faire sauter un certain nombre de passages, dont toute la partie sur Ternemonde, sans que cela ne change grand-chose au déroulé de l'intrigue. Poétique, certes, mais la forme joue au détriment du fond. J'avais largement préféré Confessions d'un automate mangeur d'opium du même auteur, qui, lui, était de surcroît véritablement steampunk.

  • Les meilleurs récits de Wonder Stories - Collectif
    • Français (traduit de l'anglais par France-Marie Watkins)
    • Papier

Wonder Stories ou Science Wonder Stories est un ancien magazine de science-fiction qui publiait des auteurs - et autrices - de l'époque. Les récits sélectionnés ici ont le goût du pulp et de la technologie telle qu'on l'imaginait il y a 100 ans environ, mais ils restent capables d'emmener quelqu'un de 2023 dans une aventure entre les dimensions, à la rencontre d'un prototype de super-héros, ou sur une planète Mars aussi étonnante que bizarrement désuète pour notre regard actuel. A noter également que l'un des textes, écrit par une femme, offre une vision et une réflexion sur les rapports hommes-femmes extrêmement détaillée et moderne pour cette époque.

jeudi 18 janvier 2024

"The Expanse" de James S.A. Corey

Si j'ai eu beaucoup de lectures diverses et variées en 2023, il faut bien dire ce qui est : The Expanse est LA lecture qui m'a occupée pendant une bonne partie de l'année ; symboliquement, j'ai commencé et fini 2023 avec. Pas seulement la lecture, d'ailleurs : en plus des romans et du comic The Expanse: Origins, j'ai aussi regardé toute la série sur Prime Video. J'ai regardé la série avant de lire les livres, ce qui a eu pour conséquence de me faire systématiquement visualiser les personnages des livres avec la tête qu'ils avaient dans la série. Mais ce n'est qu'un inconvénient mineur puisque, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire ailleurs, ils n'ont pas casté des thons dans cette série...

Recommandée à l'origine par un ami qui connaît mes goûts (et que je remercie), The Expanse est une série de science-fiction qui se veut "réaliste", du moins au début, puisqu'on est dans un futur pas si lointain, où grâce à des avancées révolutionnaires en matière de propulseurs spatiaux, l'humanité a colonisé à peu près tout le système solaire ; mais il n'est pas encore question de voyages interstellaires. Aux divisions intra-terriennes de notre époque ont succédé une nouvelle répartition des territoires et les nouveaux problèmes qui vont avec : la Terre, unifiée sous l'égide des Nations Unies, est en guerre froide avec Mars, son ancienne colonie désormais indépendante et dirigée par un gouvernement à dominante militaire. Au milieu de tout cela se trouve la Ceinture, qui rassemble la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, les lunes de Jupiter et Saturne, et quelques stations scientifiques indépendantes. Officiellement, la plupart des territoires de la Ceinture appartiennent à la Terre ou à Mars, qui considèrent la population ceinturienne comme de la main-d'oeuvre bon marché et corvéable à merci. Pour ne rien arranger, avoir passé toute leur vie en gravité très réduite fait des Ceinturiens des humains à part, démesurément grands et longilignes, dont les os et les muscles fragilisés les empêchent à jamais de vivre sur une planète "normale". Bien décidés à faire entendre leur voix face à la Terre et Mars, ils sont nombreux à rejoindre l'Association des Planètes extérieures ou APE (OPA dans la version originale), un rassemblement indépendantiste qui mène une guérilla plus ou moins ouverte contre les "planètes intérieures".

Au sein de cette situation explosive, un événement va manquer de mettre le feu aux poudres : l'attaque par un vaisseau inconnu, sans raison apparente, d'un transporteur de glace nommé Canterbury, dont les quelques survivants sont recueillis sur un vaisseau martien, mais sont d'abord persuadés d'être au coeur d'une déclaration de guerre de Mars à la Terre. En parallèle, un inspecteur ceinturien désabusé enquête sur Cérès à la recherche de la fille d'un des plus riches industriels de la Terre, soupçonnée d'avoir rejoint l'APE. Personne ne sait encore que ces deux histoires a priori sans lien vont se rejoindre autour de la "protomolécule", une substance mystérieuse découverte sur la lune de Saturne Phoebe, et que plusieurs groupes humains vont tenter d'utiliser à leur profit sans savoir - ou en tentant de ne pas y penser ? - qu'elle est l'instrument d'une ancienne civilisation détruite par un ennemi obscur, et qui poursuivait elle-même ses propres buts qui dépassent de loin l'humanité.

A partir de là, c'est le début d'une grande saga, entre guerres interplanétaires et découvertes inquiétantes liées à la protomolécule ou aux manières peu avouables qu'ont les humains de s'en servir. Il y a de l'action à revendre et il faut éviter de trop s'attacher aux personnages : derrière le pseudonyme de "l'auteur", James S.A. Corey, on trouve en fait deux écrivains de fantastique et de SF, Daniel Abraham et Ty Franck, dont le second a été l'assistant de George R.R. Martin, auteur du célèbre Game of Thrones, et qui a sans aucun doute subi l'influence de son mentor.

L'inspecteur Miller sera une des premières et des plus spectaculaires victimes...
Ce résumé très succinct s'applique à la fois aux livres et à la série. En effet, les auteurs des livres ayant participé à la supervision de la série, il y a finalement peu de différences au niveau de l'histoire de base et des personnages principaux. On constate cependant au fur et à mesure des déviations de plus en plus importantes au niveau des intrigues et des personnages secondaires. Certains d'entre eux font leur apparition plus tôt ou plus tard, meurent prématurément car il devient urgent de se débarrasser de leur interprète, ou présentent des différences importantes entre les livres et la série, voire sont carrément des fusions de deux personnages des livres, comme Camina Drummer qui, dans la série, occupe à la fois son propre rôle et celui de Michio Pa, ce qui lui confère une plus grande importance.

La saga, qui emprunte au space opera mais aussi au noir et à diverses influences, se construit de manière itérative en augmentant à chaque fois la taille et les enjeux des champs de bataille : si le début de l'histoire se concentre sur la guerre froide entre la Terre et Mars, celle-ci donne très vite l'impression d'être une "guéguerre" devant la menace de la protomolécule puis l'ouverture de portes interstellaires qui déplacent les batailles à une échelle de plus en plus grande. En réalité, ce qui change le moins au cours de l'histoire est l'humanité elle-même, qui passe de l'échelle interplanétaire à l'échelle interstellaire, mais reste une race de primates agressifs, ayant du mal à dépasser ses querelles d'ego ou à se remettre en question même face à la menace d'un ennemi puissant et dangereux.

L'histoire suit un condensé de cette humanité à bord du Rossinante, un ancien vaisseau de guerre martien dont l'équipage hétéroclite est composé de Terriens, de Martiens et de Ceinturiens dont le point commun (du moins au début) est d'avoir survécu à l'attaque du Canterbury et de vouloir faire la vérité sur les raisons de cette attaque qui leur a coûté leurs amis et leurs vies d'avant, mais qui va aussi les entraîner dans une aventure dont ils n'auraient jamais soupçonné l'ampleur. Propulsés un peu malgré eux au rang de symbole pour les uns et les autres, ils vont attirer l'attention des puissants et tenter d'en profiter pour amener le monde qui les entoure à un peu plus de justice et de vérité, même s'ils vont surtout devoir le sauver des multiples catastrophes qui le menacent. Au fur et à mesure de l'histoire, on se demande quelle sera la prochaine, et surtout comment vont réagir James Holden et l'équipage du Rossinante, qui semblent de plus en plus seuls et dépourvus face à l'immensité de la tâche, mais qui ne reculeront pourtant jamais devant l'idée de prendre des responsabilités pour éviter le pire au reste de l'humanité. Si James Holden peut apparaître un peu "tête à claques" au début (et le choix de l'acteur dans la série tend à renforcer cette impression), il évolue par la suite devant les conséquences de ses choix, suivi par son équipage, et c'est cette évolution que l'on suit en parallèle de celle de l'univers qui l'entoure.

James Holden et l'équipage du Rossinante sont les personnages principaux de The Expanse, mais il y en a un autre qu'il ne faut pas négliger : l'inspecteur Miller. Introduit dès le début de l'histoire sous la forme d'une quasi-caricature de détective de film noir, dépressif, alcoolique et suicidaire (c'est encore plus évident dans les livres ; dans la série, que ce soit dû à l'adaptation, au choix de l'acteur ou aux deux, il bénéficie d'un sex-appeal qu'il n'a pas dans les livres), il partage sa narration avec celle de Holden dans le tome 1, jusqu'à ce qu'il rencontre l'une des morts les plus apocalyptiques que j'aie jamais vues (assistant de l'auteur de Game of Thrones, j'ai dit). Sauf que la mort n'est parfois que le commencement, et une fois le sacrifice consommé, le fantôme de Miller (parfois renommé "L'Enquêteur") continuera de planer sur tout le reste de l'histoire, entre souvenir, symbole et anciens plans établis par une civilisation disparue. On se plaît même, au fur et à mesure de la lecture et plus particulièrement quand l'avancement des livres dépasse celui de la série, à chercher sa trace et à se demander s'il va revenir...

La fameuse mort apocalyptique illustrée sur la couverture du tome 1. Si vous n'avez pas encore vu la série, sachez que Netflix a lâché l'affaire au profit de Prime Video qui a produit les dernières saisons.

Bref, The Expanse, que ce soit la version littéraire ou la version vidéo, est une excellente série de science-fiction pleine de surprises, dont on ne parle pas assez à mon avis, et qu'à la suite de mon ami, je recommande à toute personne qui aime le space opera, les menaces alien indéfinissables, les films noirs et les sagas à couper le souffle. Cette lecture qui m'a occupée pendant plusieurs mois de 2023 après la visualisation de la série va laisser une impression durable, et bien réelle : quand j'étais au pic de la visualisation et de la lecture, un jour en entendant mes collègues arriver près de mon bureau en discutant fort et avec leurs accents marqués, j'ai vraiment cru un instant que c'était un groupe de Ceinturiens qui s'approchait de moi. Et le fait que l'un d'eux mesure 2 mètres n'a pas aidé à dissiper l'illusion...

Le principal défi pour 2024 va être de trouver de nouvelles lectures à la hauteur et capables de prendre le relai.